Une offre de l’Institut fédéral de la formation professionnelle Plus d'informations
Tarek Khouli, Mécanicien industriel

L’entreprise c’est comme une petite famille.

Reconnu et comblé : Tarek Khouli travaille aujourd’hui comme mécanicien industriel et est parfaitement intégré dans l’entreprise qui l’emploie. Même sur le plan privé, il se sent désormais chez lui en Allemagne, après s’être enfui de la Syrie.

Mon conseil
Se lancer, tout simplement !
Perfil
Nom
Tarek Khouli
Âge
24
Profession de référence
Mécanicien industriel
Abschluss Pays d’obtention du diplôme
Syrie
Travaille comme
Mécanicien industriel

Mon histoire

„Pour moi, la reconnaissance signifie la confiance en soi, car c’est également une reconnaissance personnelle.“

Lorsque Tarek Khouli s’enfuit de la Syrie pour trouver refuge en Allemagne, son pays est en guerre. Il se retrouve finalement en Rhénanie, près de la ville de Bonn. En Allemagne, il doit faire face à trois problèmes : comment m’orienter dans ce pays étranger ? Comment vais-je apprendre la langue ? Comment puis-je m’intégrer professionnellement ?

Sa priorité absolue est alors de trouver du travail car dans son pays, il a terminé une formation dans le secteur de la production mécanique. Si cela ne fonctionne pas, le jeune homme a alors pour projet de commencer une nouvelle formation en Allemagne. « Cela n’aurait pas été une mauvaise idée, également pour apprendre le vocabulaire technique », ajoute Tarek Khouli. « Mais, j’avais terminé ma formation en Syrie et j’avais les connaissances requises. Reprendre tout à zéro aurait été très compliqué, également sur le plan financier. »

Ce que Tarek ne sait pas à ce moment, c’est qu’il a la possibilité de faire reconnaître sa profession ici en Allemagne. Cette information lui est par la suite communiquée par l’association Caritas (Caritasverband) Rhein-Sieg e. V. où Tarek Khouli suit des cours de langue allemande et atteint le niveau B2. Une collaboratrice de l’association lui demande alors de prendre contact avec l‘association LerNet Bonn/Rhein-Sieg e. V. à Bonn qui est un centre de conseil sur la reconnaissance de qualifications professionnelles iétrangères du réseau IQ de Rhénanie du Nord. Un conseil qui va se révéler être décisif pour l’avenir de Tarek Khouli : « c’est là où j’ai pour la première fois entendu parler de la reconnaissance professionnelle. » Avec l’aide de Dirk Frankenberger du cercle d’aide aux réfugiés de Rheinbach qui l’accompagne au quotidien, mais aussi pour effectuer des démarches administratives et pour postuler, il prend alors contact avec l’IHK Bonn/Rhein-Sieg.

Au cours d’un entretien téléphonique avec la conseillère de l’IHK, celle-ci l’informe des documents nécessaires pour déposer la demande de reconnaissance. Du fait de la guerre en Syrie, il est difficile et même dangereux d’obtenir ces documents, mais le père de Khouli y parvient, heureusement. Après étude préliminaire et constitution du dossier auprès de l’IHK, Tarek Khouli est en mesure de déposer sa demande de reconnaissance en avril 2017 auprès du centre compétent de l’IHK FOSA. Deux mois plus tard, il tient fièrement son attestation de reconnaissance totale entre les mains. « J’ai été très heureux d’obtenir ce certificat car il confirme que ce que j’ai appris en Syrie est reconnu. Cela me donne confiance en moi. »

Ensuite, il a fallu postuler, car Tarek Khouli était très impatient de commencer enfin à travailler. 15 candidatures et plusieurs entretiens plus tard, il avait deux propositions d’embauche. Le jeune homme a alors porté son choix sur la société Werner Vakuumsauger GmbH de Meckenheim dans l’arrondissement de Rhin-Sieg, spécialisée dans la production d’articles moulés en caoutchouc et de ventouses.

Grâce à ses relations avec le cercle d’aide aux réfugiés de Rheinbach et Dirk Frankenberger, son employeur Udo Werner était également ravi de recevoir la candidature de M. Khouli. « Hormis le document de reconnaissance, j’ai eu le sentiment que M. Khouli voulait absolument travailler, et c’est ce qui m’a interpellé. Depuis, il est bien intégré et il assume ses responsabilités. Je suis très satisfait. » Même Dirk Frankenberger est très heureux de l’engagement de son protégé : « dès le départ, Tarek s’est montré plein d’entrain et d’enthousiasme ce qui était nécessaire pour que je l’accompagne de la meilleure des manières. » Tarek Khouli a atteint son objectif et est heureux : « je me sens très à l’aise et je suis épanoui au travail. L’entreprise est comme une petite famille. »

Photo : © Portail „Reconnaissance en Allemagne“/BIBB : Robert Funke
L’entretien avec Tarek Khouli a eu lieu en mars  2018. Pour la procédure de reconnaissance, il a été conseillé et accompagné par  LerNet Bonn/Rhein-Sieg e. V., une association du réseau IQ Netzwerks Nordrhein-Westfalen, par l’IHK Bonn/Rhein-Sieg , ainsi que l’IHK FOSA. Il a également été accompagné par le cercle d’aide aux réfugiés Flüchtlingshelferkreis Rheinbach.

Ma procédure en bref

  1. En 2015, Tarek Khouli quitte la Syrie en guerre. En Allemagne, il suit un cours de langue et obtient le certificat de niveau B2.
  2. Auprès du centre de consultation IQ (intégration par la qualification), il découvre la possibilité de la reconnaissance de son diplôme de mécanicien industriel.
  3. La Chambre de l’industrie IHK Bonn/Rhein-Sieg et le cercle d’aide aux réfugiés de Rheinbach apportent leur soutien au ressortissant syrien et le conseillent. 
  4. En avril 2017, Tarek Khouli dépose une demande de reconnaissance auprès de la Chambre de l’industrie IHK FOSA. Il obtient la reconnaissance complète seulement deux mois plus tard.
  5. Après la reconnaissance, Tarek Khouli recherche un emploi. Il est embauché par une entreprise qui fabrique des articles moulés en caoutchouc et des ventouses.