Une offre de l’Institut fédéral de la formation professionnelle Plus d'informations
Dmitry Gladchenko, Électricien

Sans mon attestation de reconnaissance, je n’aurais pas pu trouver d’emploi dans ma profession.

Dmitry Gladchenko est arrivé en Allemagne en 2011. Frustré par un de ses petits boulots, il décida en mai 2013 de lancer sa procédure de reconnaissance. Aujourd’hui, il exerce à nouveau le métier de ses rêves qui est celui d’électricien.

Mon conseil
Ne pas se laisser décourager. Celui qui s’informe suffisamment arrive à se débrouiller !
Perfil
Nom
Dmitry Gladchenko
Âge
27
Profession de référence
Électricien
Abschluss Pays d’obtention du diplôme
Kazakhstan
Travaille comme
Électricien à la Deutsche Bahn

Mon histoire

„Anerkennung bedeutet für mich, dass sich viele Türen öffnen. Man hat mehr berufliche Möglichkeiten und Mitspracherecht.“

Dmitry Gladchenko ne s’était pas imaginé que la recherche d’emploi en Allemagne serait aussi difficile lorsqu’il a quitté son pays natal en 2011 pour suivre sa femme à Nienburg. « J’ai travaillé comme technicien et électricien pour une société ferroviaire et je pensais que mon diplôme traduit m’aiderait à trouver un emploi. Pourtant, je n’ai essuyé que des refus », se souvient Dmitry Gladchenko.

C’est la raison pour laquelle il a tout d’abord travaillé dans une usine de préparation de salades toutes prêtes tout en suivant un cours de langue le matin, Des amis lui ont parlé d’une possibilité de faire reconnaître officiellement le diplôme professionnel qu’il avait obtenu au Kazakhstan. « Mes collègues ne m’ont toutefois pas donné beaucoup d’espoir, ils m’ont dit qu’il était très difficile d’arriver à une reconnaissance ». Le fait que ma femme parle très bien l’allemand m’a beaucoup aidé et nous avons fait des recherches ensemble.

Après que Dmitry Gladchenko avait envoyé ses documents à la Chambre de commerce et d’industrie de Hanovre, il a été invité à un entretien afin de déterminer la profession de référence adaptée. Pour une reconnaissance totale, il lui manquait cependant encore un stage en entreprise de six semaines. « Après le stage, j’ai directement obtenu la reconnaissance totale d’électricien, sans adaptation des qualifications et sans examen », raconte le père de famille.

« Tout le processus s’est déroulé sans encombres. Lorsque je ne comprenais pas quelque chose à cause de la barrière de la langue, on pouvait même traduire pour moi », raconte Dmitry Gladchenko. Trois mois plus tard, il pouvait déjà postuler avec son attestation de reconnaissance et il a reçu tout de suite une réponse positive de la Deutsche Bahn à Fribourg. Bientôt, sa période d’essai s’achèvera et il recevra un contrat à durée indéterminée. « Ne pas exercer le métier qu’on a appris peut à la longue devenir frustrant. Ne pas faire reconnaître mon diplôme n’était donc pas une option pour moi. Je voulais absolument décrocher le poste de mes rêves à la Deutsche Bahn, et, que dire, j’y suis arrivé ! »

Foto: © Portal „Anerkennung in Deutschland“/BIBB

L’entretien avec Dmitry Gladchenko a eu lieu en septembre 2014. Si vous voulez le voir en action, le ministère des Affaires étrangères a tourné un film avec Dmitry Gladchenko sur un chantier.

Ma procédure en bref

  1. En 2011, Dmitry Gladchenko quitte le Kazakhstan et vient en Allemagne. Il détient un diplôme et dispose d’une expérience professionnelle comme technicien et électricien dans le secteur ferroviaire.
  2. Il commence par faire un petit boulot dans une usine et apprend l’allemand. Il découvre par des connaissances la possibilité d’obtenir la reconnaissance.
  3. Avec l’aide de sa femme, Dmitry Gladchenko se renseigne sur la procédure de reconnaissance. La Chambre de métiers et de l’artisanat (IHK) de Hanovre lui indique quelle est sa profession de référence allemande.
  4. Pour la reconnaissance complète comme monteur en installations électriques, il doit effectuer un stage de six semaines.
  5. Avec son attestation de reconnaissance, Dmitry Gladchenko pose sa candidature pour un poste auprès de la Deutsche Bahn. Aujourd’hui, il y exerce le métier de ses rêves.