Technicienne de traitement des eaux usées - Margareta Marek

jeune femme travaillant dans un laboratoire
Margareta Marek

Tout le monde en rêve


La loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers est arrivée exactement au moment où il le fallait.


En Pologne, Margareta Marek était technicienne pour la protection environnementale. En Allemagne, elle était mère seule, sans formation et sans emploi. Aujourd’hui, grâce à la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers, la trentenaire exerce à nouveau sa Profession.


Nom Margareta Marek
Âge 34
Profession de référence Technicienne de traitement des eaux usées
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Pologne
Travaille comme Technicienne protection environnementale

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... exercer mon métier, gagner mon propre argent et ne pas dépendre des aides.


Mon conseil

Ne pas se décourager ! Car dans la vie, une solution se présente toujours peu avant qu’on abandonne.


« J’ai enfin un vrai emploi et je peux accumuler des expériences », se réjouit Margareta Marek. Il y a trois ans la jeune Polonaise n’aurait jamais cru pouvoir arriver aussi loin, mais elle a réussi, et ce grâce à la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers.

Pourtant, elle avait appris un métier en Pologne : Margareta Marek a une formation de technicienne pour la protection environnementale, mais en Allemagne, cet intitulé de poste n’existe pas. Après son divorce en 2012, elle se retrouve en Allemagne comme jeune femme divorcée avec un jeune enfant à charge, et ce sans travail. « À l’agence pour l’emploi, on m’a tout d’abord proposé de travailler comme employée de bureau », raconte-t-elle. Mais il lui a été tout de suite évident que cela ne lui irait pas. Ce n’est que grâce à loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers qui est entrée en vigueur en 2012 qu’elle a eu à nouveau la chance d’exercer son métier. Cette loi facilite la reconnaissance en Allemagne des qualifications professionnelles obtenues à l’étranger. Pour la jeune femme en recherche d’emploi, elle est arrivée à point nommé. « J’avais enfin une chance » dit-elle, « même si ce n’était pas si évident au prime abord. »

L’aspect de la formation professionnelle en alternance en Allemagne que Margareta Marek préfère est son côté pratique, elle qui n’avait appris son métier qu’en grande partie en théorie. Et c’est exactement cela qui a posé problème au moment où elle a décidé de faire reconnaître sa formation en Allemagne, Avec l’aide de son conseiller de l’agence de l’emploi, elle a effectué des démarches pour faire reconnaître sa formation comme « Technicienne de traitement des eaux usées », la profession allemande semblable au diplôme polonais de technicienne pour la protection de l’environnement. Sans expérience pratique, elle n’obtient tout d‘abord de la IHK (CCI) FOSA (Foreign Skills Approval) qu’une certification d‘équivalence partielle : sa déception était en conséquence très grande. Mais la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers offre la possibilité de compenser les principales différences dans un délai de cinq ans. C’est ainsi qu’après un stage de dix mois, elle a pu obtenir une équivalence totale.

Margareta Marek s’est accrochée, pendant plus de six mois, elle a rédigé des candidatures jusqu’à ce qu’elle trouve une place de stage dans les services techniques communaux de Nortorf, à quelques kilomètres de Neumünster : « Ainsi va la vie, une solution survient toujours peu avant qu’on ne jette l’éponge ». Une solution qui s’est révélée être bien plus avantageuse qu’elle ne s’y attendait : Margareta Marek a tellement fait bonne impression au cours de son stage que les services techniques communaux l’ont recruté le 1er mai 2015. « Depuis, je ne vais plus à l’agence pour l’emploi et je n’ai plus besoin d’aides », ajoute-t-elle avec fierté. « Exercer son métier, gagner son propre argent et ne pas dépendre des aides », tout le monde en rêve. Mais le plus important pour moi ce sont les collègues qui m’ont chaleureusement accueillie et me soutiennent : « J’ai rencontré des gens vraiment bien et aimables avec lesquels je suis très fière de travailler ».

Photo : © JOBSTARTER / Markus Mielek

Cet article est extrait de la brochure « Aus- und Weiterbildung fördern – Programme und Initiativen für eine starke berufliche Bildung ». Sous l’égide de l’initiative « Chance Beruf », le Ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche regroupe les programmes et initiatives qui soulignent la grande importance et la qualité de la formation professionnelle en Allemagne.