Prothésiste dentaire - Alaa Kheralah

Jeune homme qui sourit à la caméra dans un atelier de fabrication de prothèses dentaires
Alaa Kheralah

Je me sens très à l’aise dans mon travail.


Il était important pour moi de devenir aussi vite que possible autonome en Allemagne.


Alaa Kheralah est arrivé en Allemagne en octobre 2014 comme réfugié en provenance de Syrie. En janvier 2015, il recevait déjà la reconnaissance de son diplôme professionnel de prothésiste dentaire obtenu en Jordanie.


Nom Alaa Kheralah
Âge 33
Profession de référence Prothésiste dentaire
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Jordanie
Travaille comme Prothésiste dentaire

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... une étape importante vers un avenir meilleur.


Mon conseil

S’inscrire tout de suite à un cours de langue pour apprendre l’allemand. Et ne jamais baisser les bras, même si c’est parfois difficile !


C’est à cause des conditions de vie difficile en Syrie, son pays natal, qu’Alaa Kheralah a pris la décision de quitter le pays avec sa famille. Son père ayant étudié à Kiel et son frère travaillant comme dentiste à Mannheim, la destination était vite trouvée. C’est également son frère qui, déjà avant l’arrivée de Alaa Kheralah, s’était renseigné auprès de la chambre des métiers et de l’artisanat sur les possibilités de reconnaissance comme prothésiste dentaire.

À son arrivée en automne 2014, le trentenaire pris immédiatement contact avec la Chambre des métiers et de l’artisanat de Mannheim afin de lancer sa procédure de reconnaissance des qualifications professionnelles. Celle-ci l’a informé sur les documents à fournir. En attendant le traitement de sa demande, Alaa Kheralah a fait un stage dans un laboratoire de technologie dentaire, bien que ne parlant pas un mot d’allemand à son arrivée. « Mes collègues au laboratoire ont été d’une grande aide et très gentils dès le premier jour ». Parallèlement à son stage, il a suivi un cours de langue.

Au cours de la procédure de reconnaissance, il s’est avéré que Alaa Kheralah devait effectuer une analyse de la qualification afin de prouver l’équivalence de son diplôme professionnel, car des informations importantes sur le contenu précis de sa formation en Jordanie étaient requises.

L’analyse de la qualification était prévue pour janvier 2015. Le fait que ses connaissances en allemand n’étaient pas encore très approfondies à cette date n’était pas un problème. « Le laboratoire m’a permis d’effectuer exceptionnellement l’analyse de la qualification en anglais et cela m’a beaucoup aidé », raconte le jeune Syrien. Ceci n’a été possible que parce que dans son métier, il n’a quasiment aucun contact avec la clientèle et que des termes spécifiques sont connus à l’international, mais aussi parce que la Chambre des métiers et de l’artisanat avait remarqué la vitesse à laquelle ses connaissances en allemand s’étaient améliorées. Une autre particularité était le fait que c’est par lui que l’analyse de la qualification pour prothésistes dentaires a été inaugurée. En effet, Alaa Kheralah était le premier dans toute l’Allemagne à passer par cette analyse. Les travaux à l’essai ont duré cinq jours au cours desquels il a réalisé toutes les opérations principales d’un prothésiste dentaire, et ce avec des résultats exemplaires ! Les exercices élaborés pour Alaa Kheralah dans le cadre de son travail à l’essai servent désormais de référence pour les analyses de la qualification.

Une fois l’équivalence de son diplôme professionnel complètement reconnue par la Chambre des métiers et de l’artisanat, il a tout de suite reçu plusieurs offres d’emploi. Cependant, le traitement de sa demande d’asile demandant plus de temps que la procédure de reconnaissance des qualifications professionnelles, il ne pouvait pas travailler tout de suite. Cette situation était pour Alaa Kheralah la plus difficile à gérer : « C’était difficile de rester patient jusqu’à l’obtention de mon titre de séjour six mois plus tard. Mais j’ai attendu, et maintenant tout va bien ». Une fois sa demande d’asile acceptée, sa femme et son fils de quatre ans ont pu le rejoindre en Allemagne. Alaa Kheralah travaille depuis lors comme prothésiste dentaire au laboratoire de technologie dentaire Lusanum de Ludwigshafen. « Je suis très épanoui dans mon travail et je suis heureux que ma famille soit aussi ici.»

L’entretien avec Alaa Kheralah a eu lieu en novembre 2015. Pour la reconnaissance de son diplôme, il a été conseillé et accompagné par la chambre des métiers et de l’artisanat de Mannheim Rhin-Neckar-Odenwald.