Physiothérapeute - Faisal Hamdo

La personne présentée est penchée sur un matelas de gymnastique et fixe la caméra avec un sourire.
Faisal Hamdo

Mon avenir est assuré !


Grâce à mon travail, je suis un membre à part entière de la société. 


 À cause de la guerre en Syrie, Faisal Hamdo a quitté son pays natal en 2014. En Allemagne, il s’est construit une nouvelle vie et travaille maintenant en CDI comme physiothérapeute à la clinique universitaire de Hambourg-Eppendorf.


Nom Faisal Hamdo
Âge 28
Profession de référence Physiothérapeute
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Syrie
Travaille comme Physiothérapeute

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... faire partie de la société pour pouvoir participer au développement du pays.


Mon conseil

 La langue est la clé ! C’est pourquoi c’est important de l’apprendre.


Dans son pays natal en Syrie, Faisal Hamdo a obtenu son diplôme en physiothérapie à l’université d’Alep. Ensuite, il a travaillé pendant deux ans comme physiothérapeute dans une association pour enfants à mobilité réduite. Mais avec la guerre, la vie du jeune homme a changé du jour au lendemain, et la situation a tellement empiré qu’en juin 2014, il s’est enfui en Allemagne, avec un grand rêve dans ses bagages : « Je voulais avoir un avenir sûr en Allemagne, et j’espérais exercer la profession que j’avais apprise. »

Mais c’était sans compter la barrière de la langue. C’est ainsi que Faisal Hamdo s’inscrit tout d’abord à un cours de langue et atteint le niveau B1. Des amis lui recommandent alors de prendre contact avec la Zentrale Anlaufstelle Anerkennung (ZAA) des Diakonie-Hilfswerkes de Hambourg. Ce centre d’information fait partie du réseau IQ Hamburg-NOBI. Au centre, on lui conseille de déposer une demande de reconnaissance de sa profession auprès de l’autorité en charge de la santé et la protection des consommateurs de Hambourg. La première tentative échoue car il lui manque le diplôme. En effet, la présentation du diplôme est indispensable pour la vérification des conditions requises pour la profession de référence. Il doit déposer tous les documents mais comment faire vu la situation en Syrie ? « Je ne pouvais pas m’envoler pour la Syrie, encore moins demander à quelqu’un de ma famille d’aller récupérer les documents à l’université d’Alep. Au final, j’ai eu de la chance et j’ai pu les obtenir. » Le père d’une petite fille que Faisal Hamdo traitait de temps en temps gratuitement au centre de thérapie a pu les récupérer pour lui. Le jeune homme pourra ainsi déposer sa demande pour la deuxième fois et l’attestation arrivera le même mois.

M. Hamdo a pu compenser les différences substantielles par rapport à la formation allemande dans le cadre d’un stage d’adaptation. Étant donné que le niveau de langue B2 est obligatoire, il a tout d’abord suivi un cours de langue pour les métiers de la santé au projet IQ de l’organisation passage gGmbH. Pendant ce temps il s’est assuré une place de six mois pour une adaptation des qualifications pour les métiers de la santé au centre de formation « UKE-Akademie für Bildung und Karriere » de l’hôpital universitaire de Hambourg-Eppendorf. Ce projet IQ allie des éléments pratiques et théoriques. Quatre jours par semaine, Faisal Hamdo travaillait dans l’équipe de l’hôpital universitaire. Le programme incluait également des instructions et des cours cliniques. Une journée était en principe consacrée aux ateliers. « Au début j’étais réservé mais j’avais des mentors qui m’ont intensément coaché. Avec le temps, j’ai commencé à participer à des soins et, à la fin de mon stage, à les pratiquer moi-même. À la fin de sa formation en fin d’année 2015, il a pu prouver ses capacités techniques et a obtenu la reconnaissance totale de sa profession. Pendant l’adaptation des qualifications, M. Hamdo recevait une bourse mensuelle, et les frais liés à la procédure, au cours de langue et aux déplacements ont également été pris en charge par le programme de bourses de la ville de Hambourg.

Le jeune homme de 28 ans a rapidement trouvé un emploi : « Pendant le cours de langue pour les professions soignantes, j’ai effectué un stage dans un cabinet de physiothérapie. Après la reconnaissance, on m’y a recruté. En mars 2016, j’ai rejoint l’hôpital universitaire ». Faisal Hamdo y travaille comme physiothérapeute à l’unité des soins intensifs et est heureux : « J’ai maintenant un contrat à durée indéterminée et mon avenir est assuré. Grâce à la reconnaissance, j’ai le sentiment de faire partie de cette société et de participer au développement de ce pays. »

Faisal Hamdo parle de son expérience dans un livre. Dans « Fern von Aleppo – Wie ich als Syrer in Deutschland lebe », il décrit non seulement quels défis il a dû surmonter, mais aussi des récits de sa vie dans son pays natal.

Photo : © Portail « Reconnaissance en Allemagne »/BIBB : Robert Funke

L’entretien avec Faisal Hamdo a eu lieu en janvier 2018. Pour la procédure de reconnaissance, il a été conseillé et accompagné par l’autorité pour la santé et la protection des consommateurs (Behörde für Gesundheit und Verbraucherschutz Hamburg) ainsi que par trois sous-projets du réseau IQ Hamburg-NOBI : les organisations ZAA du Diakonie-Hilfswerk Hamburg, passage gGmbH dans le cadre du cours de langue, et UKE-Akademie für Bildung und Karriere de l’hôpital universitaire Hambourg-Eppendorf pendant l’adaptation de qualifications.