Médecin – Keivan Daneshvar

Portrait d’un homme en blouse blanche qui sourit face à la caméra
Keivan Daneshvar

Je suis médecin-chef au lieu d’être médecin visiteur.


La nouvelle loi a ouvert des perspectives totalement révolutionnaires.


Après cinq années de combat contre la bureaucratie allemande, le salut du médecin iranien Keivan Daneshvar est venu sous la forme de la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers de 2012. Celle-ci donnait enfin aux ressortissants de pays tiers un moyen légal d’obtenir l’autorisation d’exercer la profession de médecin.


Nom Dr Keivan Daneshvar
Âge 42
Profession de référence Médecin (autorisation d’exercer)
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Iran
Travaille comme Médecin-chef du service de radiologie de l’hôpital Sankt Katharinen à Francfort

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... tout. Avoir une perspective, planifier mon avenir. Sans la reconnaissance, cela aurait été impossible.


Mon conseil

Il faut de préférence prendre contact avec les conseillers du réseau IQ et leur demander de l’aide. Tout seul, c’est très difficile, et on perd beaucoup de temps. Le réseau IQ de Bade-Wurtemberg a m’a été d’une grande aide.


Les débuts de Keivan Daneshvar en Allemagne n’ont pas été faciles. Pendant des années, il a dû se battre pour vivre et travailler ici, et la reconnaissance officielle en tant que médecin (autorisation d’exercer) était l’un des obstacles majeurs qu’il a eu à surmonter. Déjà en 2006, il n’avait pas pu accepter une offre d’emploi, ne possédant ni autorisation d’exercer, ni titre de séjour.

Après une formation continue de six mois en Suisse dans le domaine de la radiologie, Keivan Daneshvar a d’abord travaillé pendant deux ans comme médecin visiteur au CHU de Heidelberg. « Il y avait beaucoup de problèmes administratifs. En tant que médecin visiteur, je n’ai par exemple obtenu qu’un titre de séjour de six mois à chaque fois », se souvient-il. À chaque fois où Keivan Daneshvar devait changer de service ou de lieu de travail, il devait faire la demande d’une nouvelle autorisation d’exercer : « Je devais informer le nouvel employeur éventuel que la procédure jusqu’à l’entrée en fonctions pourrait prendre trois à quatre mois, sans pouvoir lui donner de date précise à laquelle j’aurais eu une nouvelle autorisation d’exercer, plusieurs se sont alors naturellement désistés. »

Mais Keivan Daneshvar ne s’est pas laissé décourager car il voulait absolument travailler en Allemagne et recevoir une formation approfondie de médecin spécialiste. « Ici en Allemagne, on utilise des appareils sophistiqués en radiologie. J’avais par ailleurs lu beaucoup de publications allemandes et je savais que la recherche a une grande importance dans le pays ; cela m’a vraiment motivé. En outre, la situation au centre de l’Europe est avantageuse et je connaissais déjà beaucoup de monde ici, tout était donc pour le mieux, enfin, si on veut »

En 2009, Keivan Daneshvar a rejoint le centre allemand de recherche sur le cancer de Heidelberg, changement pour lequel il avait toutefois besoin d’une nouvelle autorisation d’exercer. « L’office régional de contrôle de Stuttgart m’a délivré une autorisation d’exercer temporaire. Pour cela, j’ai dû signer que j’allais passer le test de connaissances pour médecins. À l’époque, on obtenait automatiquement un rendez-vous pour passer l’examen après six mois », se souvient Keivan Daneshvar. Après son examen en mars 2010, il avait déjà la confirmation noir sur blanc : son diplôme était totalement équivalent à celui obtenu à la fin des études de médecine en Allemagne.

Pourtant, il se considérait encore un peu comme un médecin de seconde classe car les dispositions légales de l’époque ne lui donnaient pas le droit, en tant que ressortissant d’un pays tiers, d’obtenir une autorisation d’exercer officielle pour les médecins. Ce n’est qu’après avoir été informé au centre d’information IQ de Mannheim des possibilités offertes par la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers entrée en vigueur au printemps de l’année 2012 qu’il a nouveau déposé sa demande et enfin obtenu l’autorisation d’exercer en avril 2012. Il n’a heureusement plus eu besoin de passer un autre examen vu qu’il avait déjà réussi au test de connaissances.

« Je peux enfin travailler normalement comme médecin en Allemagne. Malgré toutes les difficultés, j’ai réussi en sept ans à passer du statut de médecin visiteur à celui de médecin-chef ». J’ai entre-temps refait un doctorat car mon titre de docteur n’avait pas été reconnu. Je porte désormais le titre de médecin spécialiste et travaille comme médecin-chef en radiologie. Sans la reconnaissance, je n’y serais pas parvenu ».

L’entretien avec le Dr Keivan Daneshvar a eu lieu en novembre 2014.