Infirmière - Lidiia Skurat

Portrait d’une personne en blouse blanche
Lidiia Skurat

Mon plus grand souhait est devenu réalité


Grâce à la reconnaissance, je peux exercer en Allemagne le métier que j’ai appris.


C’est en 2013 que l’infirmière Lidiia Skurat arrive en Allemagne. Elle est tout d’abord sans emploi et, grâce à la reconnaissance, elle exerce à nouveau son métier à temps plein.


Nom Lidiia Skurat
Âge 36
Profession de référence Infirmière
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Russie
Travaille comme Infirmière

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... le début d’une nouvelle étape de ma vie. Je peux exercer mon métier et je suis totalement intégrée.


Mon conseil

Ne jamais perdre son objectif de vue !


Rattraper 1460 heures de pratique et apprendre le vocabulaire technique allemand, c’est ainsi que se résumait le résultat décevant de la procédure de reconnaissance de l’infirmière russe Lidiia Skurat. « Mon diplôme théorique a été totalement reconnu, mais sur le plan pratique, il me fallait suivre un rattrapage en chirurgie, médecine interne, psychiatrie et soins ambulatoires ». La mère célibataire a relevé le défi : « J’avais déjà surmonté tellement d’épreuves que j’ai décidé de ne pas me laisser abattre ».

C’est pour des raisons personnelles que Lidiia Skurat est venue s’installer en Allemagne. La famille de son mari vivait en Westphalie depuis 15 ans, ce qui a facilité ce nouveau départ. Mais Lidiia Skurat voulait également prendre professionnellement pied en Allemagne, dans la profession qu’elle avait apprise. En Russie, Lidiia Skurat avait obtenu un diplôme d’infirmière dans un collège médical et déjà travaillé pendant plusieurs années au service de chirurgie pédiatrique d’un hôpital.

Mais sans reconnaissance officielle, elle ne pouvait pas travailler comme infirmière en Allemagne. Avec l’aide d’un conseiller du pôle emploi, elle a déposé sa demande de reconnaissance de ses certificats auprès de l’administration du district de Düsseldorf. Elle ne pouvait pas obtenir d’attestation d’équivalence totale du fait de l’absence de formation pratique au cours de sa formation. Pour débuter une mesure de compensation pour compléter les différences substantielles entre la formation russe et celle de l’Allemagne, Lidiia Skurat a pu bénéficier d’un cours de langue afin d’améliorer ses connaissances en allemand. Peu de temps après, elle atteignait le niveau B2 conformément au Cadre européen commun de référence pour les langues.

« J’ai ensuite effectué un stage d’adaptation ». Ses heures de pratique, Lidiia Skurat les a effectuées dans un hôpital d’Essen, par l’intermédiaire du mibeg-Institut Medizin de Cologne, spécialisé dans la qualification de troisième cycle des professionnels du secteur de la santé, qui l’a accompagnée tout au long de son parcours. Dans le cadre d’un cours d’introduction, elle a reçu d’importantes informations sur le profil professionnel et son cadre juridique. Et aussi pendant le stage d’adaptation, elle a su mettre à profit la consultation professionnelle proposée, notamment la préparation à la candidature.

À peine deux ans après sa demande, Lidiia Skurat tenait son attestation positive entre ses mains. Elle est désormais infirmière officiellement reconnue. Entre temps, la trentenaire a un emploi fixe dans un hôpital et regarde positivement vers l’avenir. « C’est une nouvelle vie qui commence pour moi. Grâce à la reconnaissance, je peux vivre normalement en Allemagne, travailler et gagner ma vie. »

Foto : Portail « Reconnaissance en Allemagne » / BIBB : Robert Funke

L’entretien a eu lieu en septembre 2017. Pour la reconnaissance de son diplôme, Lidiia Skurat a été conseillée et accompagnée par le pôle emploi ainsi que le mibeg-Institut Medizin par le biais de IQuaMed. IQuaMed fait partie du programme de soutien « Intégration par la qualification » en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. En collaboration avec des cliniques et des universités techniques, IQuaMed accompagne les chercheurs d’emploi dans le domaine des professions médicales réglementées à Cologne et de nombreuses autres villes.