Infirmière en pédiatrie - Giusi Frazzetta

Une jeune femme sourit à la caméra
Giusi Frazzetta

La patience est toujours récompensée


Après la reconnaissance, j’ai décroché un contrat à durée indéterminée !


Pendant plus d’un an, Giusi Frazzetta a travaillé en dessous de ses compétences comme aide-soignante. Après la reconnaissance de son diplôme italien, elle a plus de responsabilités comme infirmière.


Nom Giusi Frazzetta
Âge 25
Profession de référence Infirmière en pédiatrie
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Italie
Travaille comme Infirmière en pédiatrie à Cologne

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... la possibilité d’avoir un contrat indéterminé dans un hôpital de renom à Cologne.


Mon conseil

Il faut une bonne dose de patience pour toute la paperasse. Mais au final, ça en vaut la peine et on a la satisfaction d’exercer enfin un métier qu’on aime.


Lorsqu’on lui demande de décrire sa situation actuelle, Giusi Frazzetta a vite trouvé la réponse : « C’est super ! J’ai un contrat à durée indéterminée, je peux planifier mon avenir », se réjouit l’italienne. L’infirmière en pédiatrie a franchi le pas il y a deux ans et s’est installée en Allemagne en sachant que les perspectives de trouver un emploi sûr seraient meilleures que dans son pays natal.

Pourtant, au départ, la réalité était toute autre. Si Giusi Frazzetta avait trouvé un emploi dans un hôpital, elle devait dans un premier temps se contenter d’un poste d’aide-soignante. Sans reconnaissance de son diplôme professionnel italien, son employeur ne pouvait pas la recruter à hauteur de ses compétences. « Je voulais plus de responsabilités », explique la jeune femme de 25 ans. Pour la reconnaissance de son diplôme professionnel, Giusi Frazzetta a pu compter sur le soutien de son employeur de l’époque. L’hôpital qui l’employait provisoirement pour une durée déterminée lui a donné toutes les informations sur le déroulement de la procédure. C’est particulièrement pendant la procédure de reconnaissance que d’autres organismes ont joué un rôle essentiel : « Ces institutions et l’office régional de contrôle pour la médecine, la physiothérapie et la pharmacie m’ont été d’une grande aide. »

Mme Frazzetta avoue que les démarches administratives et les visites au consulat pour la traduction de ses certificats lui ont demandé beaucoup de patience. Au total, la procédure de reconnaissance a duré plus d’un an. Sans cette dernière, elle reconnaît toutefois qu’elle n’aurait eu aucune chance de dépasser le niveau d’aide-soignante. « La reconnaissance m’a permis de travailler comme infirmière en Allemagne ». Pour le quotidien au travail dans son pays d‘accueil, Giusi Frazzetta n’a pas dû effectuer de grands changements. « Le mode de travail est certes un peu différent de celui de l’Italie, mais dans l’ensemble, c’est la même chose. En plus mes attentes par rapport à mon travail ont été parfaitement comblées ».

L’entretien avec Mme Frazzetta a eu lieu en juin 2014.