Portrait d’une personne au travail
Mon parcours jusqu’à la reconnaissance professionelle

Témoignages


Des professionnels qualifiés étrangers racontent leurs parcours

En pratique


La personne décrite se trouve dans un atelier et sourit.

Tarek Khouli

Mécanicien industriel

Reconnu et comblé : Tarek Khouli travaille aujourd’hui comme mécanicien industriel et est parfaitement intégré dans l’entreprise qui l’emploie. Même sur le plan privé, il se sent désormais chez lui en Allemagne, après s’être enfui de la Syrie. 

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne décrite est debout dans un atelier et sourit.

Kibrom Gebreyesus

Mécanicien industriel

L’absence de certificats et de documents n’était pas un obstacle à la reconnaissance de son diplôme professionnel : à l’aide d’une analyse de sa qualification, Kibrom Gebreyesus a pu démontrer que sa formation professionnelle qu’il avait suivi dans son pays, l’Erythrée, était équivalente à la profession de mécanicien industriel en Allemagne.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Physiothérapeute – Andelina Budimir

Andelina Budimir

Physiothérapeute

En 2014, Andelina Budimir, qui a suivi une formation de physiothérapeute, quitte son pays, la Croatie, pour faire une carrière professionnelle en Allemagne. Après avoir obtenu la reconnaissance totale de son diplôme, elle occupe un emploi permanent depuis janvier 2016 au CHU de Hambourg-Eppendorf. 

› Lire le compte-rendu d’expérience

Eric Appiah - Électricien-technique énergétique et du bâtiment

Eric Appiah

Électricien-technique énergétique et du bâtiment

Le ghanéen Eric Appiah est arrivé en Allemagne en 2014. Il a tout d’abord travaillé comme assistant électricien avant d’être promu au poste de technicien après la reconnaissance de son diplôme professionnel.

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne présentée fixe la caméra avec un sourire.

Faisal Hamdo

Physiothérapeute

À cause de la guerre en Syrie, Faisal Hamdo a quitté son pays natal en 2014. En Allemagne, il s’est construit une nouvelle vie et travaille maintenant en CDI comme physiothérapeute à la clinique universitaire de Hambourg-Eppendorf. 

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne présentée est placée devant des bibliothèques et fixe la caméra avec un sourire.

Salam Omer Mussttaf Al-Gailani

Psychologue

Salam Omer Mussttaf Al-Gailani a fui l’Irak en 2014 pour s’installer en Allemagne. L’évaluation d’attestation de son diplôme de Bachelor a aidé à la réalisation de son rêve de travailler comme psychologue.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Une personne assise les bras croisés sur une table sourit à la caméra.

Shengyul Abazova

Comptable

C’est avec un diplôme en économie en poche et 15 ans d’expérience que Shengyul Abazova arrive en 2013 en Allemagne. Deux années de cours de langue, une reconnaissance et une formation qualifiante plus tard, elle travaille comme expert-comptable diplômée.

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne du portrait est assise et fixe la caméra. En arrière-plan, on reconnaît un atelier.

Bashkim Maksutaj

Mécatronicien automobile

Bashkim Maksutaj a rejoint sa femme à Kiel en novembre 2016. Juste un an après, le mécatronicien automobile formé au Kosovo obtenait la reconnaissance totale.

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne présentée fixe l’objectif. Un enfant est assis à côté d’elle.

Shih-Yen Bayer

Éducatrice

La Taïwanaise Shih-Yen Bayer est arrivée en Allemagne en 2014. Après un stage d’adaptation dans une garderie, elle a obtenu la reconnaissance totale comme éducatrice. Aujourd’hui, elle travaille dans un jardin d’enfants à Kehl.

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne présentée est assise sur une table dans une salle de classe, un livre ouvert à la main, tout en fixant l’objectif.

Olga Gotjur

Enseignante

Au début de 2015, Olga Gotjur, professeur d’allemand et d’anglais, a quitté l’Ukraine pour l’Allemagne. Quelques mois après, elle tenait son attestation de reconnaissance entre les mains. Aujourd’hui, elle enseigne à l’école communautaire Johannes Kepler de Mannheim.

› Lire le compte-rendu d’expérience

La personne présentée est debout dans un bureau devant des étagères et fixe l’objectif.

Amir Hossein Welk

Ingénieur

En 2014, l’Iranien Amir Hossein a fui son pays pour l’Allemagne. En novembre 2015, cet ingénieur de formation a obtenu la reconnaissance de ses études.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Portrait d’une personne en blouse blanche

Lidiia Skurat

Infirmière

C’est en 2013 que l’infirmière Lidiia Skurat arrive en Allemagne. Elle est tout d’abord sans emploi et, grâce à la reconnaissance, elle exerce à nouveau son métier à temps plein.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Femme voilée dans un laboratoire qui sourit face à la caméra

Wessal Alkhalil

Prothésiste dentaire

En Syrie, Wessal Alkhalil était à la tête de son propre laboratoire dentaire et employait six personnes. Après s’être réfugiée en Allemagne, elle a procédé à une analyse et une adaptation de ses qualifications, ce qui lui permet aujourd’hui d’exercer à nouveau sa profession.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Homme avec les bras croisés dans un garage qui sourit face à la caméra

Azem Ceka

Peintre carrossier

Azem Ceka est arrivé en 1998 en Allemagne. Le peintre carrossier était tout d’abord employé avant de se mettre à son compte. La reconnaissance de son diplôme lui a permis de passer son examen de maître-artisan.

› Lire le compte-rendu d’expérience

jeune femme travaillant dans un laboratoire

Margareta Marek

Technicienne de traitement des eaux usées

En Pologne, Margareta Marek était technicienne pour la protection environnementale. En Allemagne, elle était mère seule, sans formation et sans emploi. Aujourd’hui, grâce à la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers, la trentenaire exerce à nouveau sa profession.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Un jeune cuisinier dans une cuisine, sourit face à la caméra

Jigar Hasso

Cuisinier

En 2013, Jigar Hasso a quitté la Syrie pour se réfugier en Allemagne, En 2015, ce cuisinier de formation a obtenu la reconnaissance de son diplôme professionnel grâce à l‘analyse de la qualification.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Une femme dans un atelier de couture qui sourit face à la caméra

Judith Yawa Aggor-Edorh

Tailleur

Judith Yawa Aggor-Edorh vit depuis 2004 en Allemagne où elle a fondé une famille. Pour pouvoir travailler comme tailleur, elle a fait reconnaître son diplôme professionnel ghanéen.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Jeune homme qui sourit à la caméra dans un atelier de fabrication de prothèses dentaires

Alaa Kheralah

Prothésiste dentaire

Alaa Kheralah est arrivé en Allemagne en octobre 2014 comme réfugié en provenance de Syrie. En janvier 2015, il recevait déjà la reconnaissance de son diplôme professionnel de prothésiste dentaire obtenu en Jordanie.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Ana Poli travaille aujourd’hui comme infirmière aide-soignante

Ana Poli

Infirmière aide-soignante

En 2013, Ana Poli, infirmière aide-soignante de formation, a osé un nouveau départ professionnel en Allemagne. Au départ, elle n’a pu travailler que comme aide-soignante, mais entre-temps son diplôme a été officiellement reconnu et elle travaille aujourd’hui conformément à sa qualification comme infirmière dans un CHU de renom.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Portrait d’un homme qui sourit face à la caméra

Fares Schammas

Menuisier

C’est en 2001 que Fares Schammas a déposé sa demande d’asile en Allemagne. Il a tout d’abord fait plusieurs petits boulots avant de recommencer en 2015 à exercer le métier de menuisier qu’il a appris, et ce grâce à la reconnaissance de sa qualification.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo d‘Esther Wamala-Bollig souriant face à la caméra

Esther Wamala-Bollig

Infirmière

C’est en 2011 qu’Esther Wamala-Bollig s’installe avec son mari en Allemagne, Après 1 an et demi, cette infirmière et sage-femme formée à Jinja en Ouganda a obtenu la reconnaissance totale de sa formation d’infirmière.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Un jeune homme portant un gilet de sécurité sur un chantier, un engin de chantier en arrière-plan

Fernando Llusiá de Castro

Ingénieur civil

Fernando Llusiá de Castro est arrivé en octobre 2014 en Allemagne car il n’arrivait pas à trouver d’emploi en Espagne après ses études en sciences du bâtiment. Grâce à la reconnaissance de son diplôme, il travaille depuis octobre 2015 comme ingénieur civil à Bad Düben.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Portrait d’une personne en blouse blanche devant des appareils médicaux

Nelson Safaissou

Médecin (autorisation d’exercer)

C’est en octobre 2013 que le camerounais Nelson Safaissou a obtenu son autorisation d’exercer la médecine. Aujourd’hui il travaille dans le service de gynécologie d’une clinique de Leisnig, en Saxe.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Un homme qui sourit face à la caméra

Tayfun Tombul

Mécanicien automobile

Tayfun Tombul a quitté la Turquie pour rejoindre son épouse à Berlin en 2011. Après une adaptation des qualifications dans le cadre de la procédure de reconnaissance, il a obtenu la reconnaissance totale de sa qualification professionnelle turque de carrossier et mécanicien automobile.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Un homme qui sourit face à la caméra

Keivan Daneshvar

Médecin (autorisation d’exercer)

Après cinq années de combat contre la bureaucratie allemande, le salut du médecin iranien Keivan Daneshvar est venu sous la forme de la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers de 2012. Celle-ci donnait enfin aux ressortissants de pays tiers un moyen légal d’obtenir l’autorisation d’exercer la profession de médecin.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Portrait de Harvey Rawlings, mécatronicien automobile

Harvey Rawlings

Mécanicien automobile

Lorsque l’Anglais Harvey Rawlings est arrivé en Allemagne en 2011, il a d’abord travaillé comme saisonnier. Après la reconnaissance de sa formation de mécatronicien automobile, il a trouvé un poste correspondant à ses qualifications.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo du mécanicien industriel italien Gaspare Marulli

Gaspare Marulli

Mécanicien industriel

L’Italien Gaspare Marulli (36 ans), vit depuis janvier 2012 en Allemagne. Parce que sa grande expérience professionnelle a été prise en compte, il a obtenu sans complications sa reconnaissance totale comme mécanicien industriel.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Un homme portant un casque sourit face à la caméra

Dmitry Gladchenko

Électricien

Dmitry Gladchenko est arrivé en Allemagne en 2011. Frustré par un de ses petits boulots, il a décidé en mai 2013 de lancer sa procédure de reconnaissance. Aujourd’hui, il exerce à nouveau le métier de ses rêves qui est celui d’électricien.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo de Laila Alim souriant face à la caméra

Laila Alim

Infirmière et aide-soignante

C’est en 1985 que Laila Alim arrive en Allemagne en provenance d’Afghanistan. Elle travaille aujourd’hui comme infirmière aide-soignante dans les soins ambulatoires.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo de l’installateur et maître-artisan chauffagiste Josip Vukoje

Josip Vukoje

Installateur et maître artisan chauffagiste

Lorsque Josip Vukoje est arrivé en Allemagne en 2005, la loi sur la reconnaissance des diplômes étrangers n’existait pas encore. Il ne pouvait donc pas faire reconnaître sa formation croate de mécanicien de maintenance pour les sanitaires, le chauffage et la climatisation, et encore moins son brevet de maîtrise. Il a pour cela longtemps travaillé à un poste inférieur à ses qualifications.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo d’Emma Jover García qui sourit face à la caméra

Emma Jover García

Évaluation de diplôme

Il n’existe pas de procédure de reconnaissance adaptée à la profession de « politologue ». C’est la raison pour laquelle Emma Jover García (40 ans) est très heureuse de l’évaluation officielle de son diplôme.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo Christian Giordano sourit face à la caméra

Christian Giordano

Géomètre-topographe

Christian Giordano est arrivé il y a quatre ans en Allemagne. A l’agence pour l’emploi, on l’a informé de la possibilité de faire reconnaître son diplôme. Aujourd’hui, il travaille comme géomètre-topographe et dessinateur BTP dans un bureau d’études.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Photo d‘Alberto García souriant à la caméra

Alberto García

Infirmier aide-soignant

Sans la reconnaissance officielle, Alberto García, infirmier formé en Espagne, n’aurait pas pu exercer son métier. Depuis l’obtention de son attestation de reconnaissance, il travaille comme infirmier aide-soignant dans le Bade-Wurtemberg et est rémunéré à la hauteur de sa qualification.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Une femme sourit à la caméra

Yanina Ketzelman

Dentiste

En Argentine, Yanina Ketzelman a travaillé avec succès comme orthodontiste. La procédure de reconnaissance lui a permis d’obtenir son autorisation d’exercer et elle peut désormais exercer son métier en Allemagne.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Une jeune femme sourit à la caméra

Giusi Frazzetta

Infirmière en pédiatrie

Pendant plus d’un an, Giusi Frazzetta a travaillé en dessous de ses compétences comme aide-soignante. Après la reconnaissance de son diplôme italien, elle a plus de responsabilités comme infirmière.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Un homme sourit à la caméra

Łukasz Wesołowski

Électronicien

Le diplôme d’électromécanicien obtenu par Łukasz Wesołowski en Pologne a été dans un premier temps partiellement reconnu. Après une adaptation de la qualification, M. Wesołowski a obtenu la reconnaissance totale d’électronicien pour machines et technologie d’entraînement.

› Lire le compte-rendu d’expérience

Une jeune femme sourit à la caméra

Christine Schuller

Commerciale en bureautique

Un mois après sa demande, Christine Schuller tenait son attestation de reconnaissance entre les mains. Aujourd’hui, elle exerce en Allemagne le métier qu’elle a appris en Roumanie.

› Lire le compte-rendu d’expérience