Dentiste – Yanina Ketzelman

Une femme en blouse blanche sourit à la caméra
Yanina Ketzelman

Maintenant, je peux lancer ma carrière en Allemagne.


La « recherche d’équivalence » était une aide très utile au cours de la procédure.


En Argentine, Yanina Ketzelman a travaillé avec succès comme orthodontiste. Trois mois après avoir déposé sa demande d’autorisation d’exercer, elle a obtenu sa reconnaissance et peut désormais lancer sa carrière en Allemagne.


Nom Yanina Ketzelman
Âge 40
Profession de référence Dentiste
Abschluss Pays d’obtention du diplôme Argentine
Travaille comme Dentiste à Brandebourg

Pour moi, la reconnaissance signifie …

... avoir du succès dans ma carrière en Allemagne, et je suis très reconnaissante pour cela !


Mon conseil

L’endurance, une pincée d’humour et le soutien de la famille et des amis, c’est important pour la procédure de reconnaissance.


C’est l’amour qui a poussé Yanina Ketzelman à s’installer à Berlin en avril 2013. Au cours d‘un séjour d’accueil préalable à l’université de Giessen, la quadragénaire avait eu l’occasion de faire connaissance avec le pays et ses habitants. C’est certainement l’une des raisons pour lesquelles, avant même son arrivée, elle avait déjà signé un contrat d’embauche avec un cabinet, ce qui lui garantissait une autorisation d’exercice. Quelques mois après, Yanina Ketzelman a déposé une demande d’autorisation d’exercer qui se révéla être le premier obstacle sur son parcours : « Etant donné que la qualité de la formation en Argentine n’est pas encore très connue en Allemagne, la procédure était un peu plus compliquée que si ça avait été un diplôme obtenu aux États-Unis », raconte la nouvelle Berlinoise. C’est pourquoi elle a réuni tous les documents nécessaires déjà avant son départ. En décembre 2013, trois mois avant le dépôt de sa demande, elle obtenait l’autorisation d’exercer tant souhaitée.

Que ce soit sur le plan émotionnel ou financier, la procédure de reconnaissance n’a pas toujours été facile pour Yanina Ketzelman : « Heureusement, mon fiancé est juriste. Il m’a beaucoup aidé pour toutes les questions d’ordre légal et expliqué la terminologie administrative souvent compliquée ». La première source d’information de l’Argentine était la « recherche d’équivalence » qui lui a permis de trouver les points de contact compétents pour la suite de la procédure. « La ‘recherche d’équivalence‘ et les informations détaillées sur le portail ‘Anerkennung in Deutschland‘ m’ont été d’une grande utilité, précise Mme Ketzelman. « Mais c’est toujours mieux de discuter directement avec les gens ». Pour des questions plus spécifiques, l’ordre fédéral des chirurgiens-dentistes était à sa disposition.

Après l’obtention de l‘autorisation d’exercice comme dentiste, l’Argentine qui avait travaillé de nombreuses années dans son pays natal comme orthodontiste dans un cabinet privé et à l’université, souhaite désormais faire reconnaître sa spécialisation. Yanina Ketzelman a donc un regard confiant vers l’avenir : « Je suis très heureuse de ma situation actuelle et je me réjouis à l’avance de projets intéressants aussi bien sur le plan professionnel que privé ! »

L’interview avec Mme Ketzelman a eu lieu en juin 2014.