Une offre de l’Institut fédéral de la formation professionnelle Plus d'informations
Matiás León, Chef pâtissier

Le café marche bien, et je suis très heureux d’avoir réussi.

Chef pâtissier, Matías León aime son métier. Ne voyant pas d’avenir pour lui au Chili, il a décidé de commencer une nouvelle vie en Allemagne. Grâce à la reconnaissance, aujourd’hui, il a son propre café à Hambourg.

Mon conseil
Il faut être patient et tenir bon.
Perfil
Nom
Matiás León
Âge
28
Profession de référence
Chef pâtissier
Abschluss Pays d’obtention du diplôme
Chili
Travaille comme
Chef pâtissier (indépendant)b

Mon histoire

„Pour moi, la reconnaissance signifie devenir indépendant.“

Six années de formation dans la gastronomie internationale et un an d’expérience professionnelle en France : malgré ces qualifications, Matías León n’avait pas de perspectives professionnelles au Chili. « Je ne voyais pas d’avenir pour moi au Chili dans ma branche. Dans mon pays, c’est très difficile de gagner sa vie comme pâtissier. » Quelles étaient ses options? 

Au cours d’un séjour à Hambourg, Matías León, qui avait alors vingt-huit ans, a découvert l’Allemagne ; le pays lui a tout de suite plu. Fin 2012, il quitte le Chili pour commencer une nouvelle vie à Hambourg. Les premiers mois sont durs. La langue est une barrière difficile à surmonter. Mais Matías León tient bon : il travaille dans un café et apprend l’allemand jusqu’au niveau C1. Au cours de langue, il rencontre sa future femme, Daniela Koch. « C’était très drôle : nous sommes arrivés en même temps en Allemagne, elle, de Colombie, moi, du Chili. » Elle l’a encouragé à prendre son avenir professionnel en main. 

Au début, Matías León souhaitait commencer une nouvelle formation. Mais le Service central d’orientation (Zentrale Anlaufstelle Anerkennung – ZAA) de la Diaconie de Hambourg lui a ouvert une autre perspective : la reconnaissance de sa qualification professionnelle. Il s’est alors adressé au centre compétent, la Chambre de métiers et de l’artisanat (HWK) de Hambourg. « L’examen de mes documents a révélé que j’avais presque un titre de chef pâtissier . On m’a conseillé de faire reconnaître mes qualifications professionnelles. Je ne savais pas du tout ce que c’était. » Avec l’aide de sa conseillère, Matías León a identifié la profession de référence correspondante. Comme sa formation est très polyvalente, il y avait plusieurs possibilités. Finalement, en mai 2014, il dépose une demande de reconnaissance omme chef pâtissier auprès de la Chambre de métiers et de l’artisanat (HWK). La reconnaissance partielle lui est accordée.

Pour la reconnaissance complète, il manque deux parties de l’examen de maîtrise à Matías León : l’examen en économie et en droit, ainsi que le certificat de formateur. Il obtient ces éléments de formation par une adaptation des qualifications du projet « Adaptation des qualificationsdans les métiers d’apprentissage en alternance ». Le financement de l’adaptation des qualifications a été pris en charge par le programme de bourses de la ville de Hambourg. « Au début, ça n’était pas facile. Il y avait tellement de choses à apprendre, comme les lois allemandes, par exemple – en plus, dans une nouvelle langue ! » Mais Matías León réussit tout de même les examens sans problème. Quelques mois après, il arbore avec fierté son brevet de maîtrise allemand. Ensuite, il trouve rapidement un emploi comme chef pâtissier. 

Aujourd’hui, Matías León est son propre patron. Depuis août 2017, il tient un café à Hambourg avec sa femme Daniela, dans le quartier Eilbek. Pour devenir indépendant, il a été soutenu par le centre de consultation de la Chambre de métiers et de l’artisanat (HWK) de Hambourg. « Si je n’avais pas eu la reconnaissance, j’aurais dû faire un apprentissage pendant des années. Grâce à la reconnaissance, j’ai pu reconstruire ma vie. Maintenant, j’ai beaucoup de travail, mais je suis satisfait et j’aime beaucoup ce que je fais. »  Le couple envisage déjà d’ouvrir un deuxième café. 


L’entretien avec Matías León a eu lieu en septembre 2018. Il a été conseillé par le le Service central d’orientation (Zentrale Anlaufstelle Anerkennung – ZAA) de la Diaconie de Hambourg. Matías León a compensé les différences substantielles avec la qualification de maîtrise supérieure allemande par une « adaptation des qualifications dans l’artisanat » de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Hambourg. Ces possibilités sont toutes les deux offertes par le réseau IQ (Intégration par la qualification) de Hambourg. Le financement de la procédure de reconnaissance a été pris en charge par le programme de bourses de la ville de Hambourg.

Afficher la version texte Masquer la version texte

Ma reconnaissance professionnelle est un atout pour moi: aujourd’hui, je tiens une pâtisserie avec ma femme. Je m’appelle Matías León. Je viens du Chili. J’ai une formation en gastronomie internationale. Aujourd’hui, grâce à la reconnaissance, je suis chef pâ-tissier en Allemagne. Je m’appelle Daniela Koch. Je viens de Colombie.

J’ai rencontré mon mari Matías à un cours d’allemand. Mon diplôme colombien en sciences de gestion a été reconnu équivalent à un diplôme allemand. Dans notre café, c’est moi qui m’occupe de l’aspect commercial. Bienvenue à Elisa, notre pâtisserie!

Sans mon brevet de maîtrise, nous n’aurions pas pu ou-vrir un café. Sans mes connaissances en gestion non plus! J’ai toujours voulu apprendre quelque chose de nouveau.

J’ai pu venir en Allemagne parce que j’ai un oncle à Hambourg. J’ai appris que je pouvais faire reconnaître ma formation en Allemagne. J’avais presque le niveau du brevet de maîtrise. Cela m’a permis de poursuivre mon développement pro-fessionnel comme pâtissier. Pour le brevet, il ne me manquait plus que deux examens, qui étaient très difficiles! J’ai dû beaucoup apprendre, et j’y suis arrivé. Notre rêve, c’était d’avoir notre propre café.

Nous avons passé un an et demi à tout préparer.
Nous avons d’abord dû établir un plan d’affaires, et trouver des locaux qui nous convenaient. À l’époque, parallèlement, j’ai travaillé comme pâtissier.

Nous avons ouvert notre café en 2017. Aujourd’hui, nous sommes très heureux d’avoir fait ce choix.

Fais comme nous:

apprends l’allemand, fais preuve de patience.

Sois travailleur et obtiens la reconnaissance. Il y a de nombreuses offres de soutien disponibles: n’hésite pas à les utiliser!
Vous aussi, lancez-vous et écrivez votre propre success story!

Ma procédure en bref

  1. Au Chili, Matiás León fait une formation en gastronomie internationale. Ensuite, il acquiert un an d’expérience professionnelle en France.
  2. En 2012, il vient en Allemagne. Il travaille dans un café et apprend l’allemand jusqu’au niveau C1.
  3. Matiás León dépose une demande de reconnaissance comme chef pâtissier auprès de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Hambourg. Deux parties de l’examen de maîtrise lui manquent pour la reconnaissance complète.
  4. Après une adaptation des qualifications, il passe les deux examens avec succès. Ensuite, il travaille comme chef pâtissier.
  5. En 2017, il ouvre avec sa femme un café-pâtisserie à Hambourg. Grâce à la reconnaissance, il est son propre patron.